Tchap2019-05-19T19:28:36+00:00

TCHAP : tout ce que vous devez savoir sur la messagerie de l’Etat français

Face à l’impossibilité d’installer des applications comme Telegram, WhatsApp sur les téléphones mobiles professionnels, l’État français s’est vu obligé de prendre une mesure pour garantir une fluidité parfaite de l’information entre les membres du gouvernement.

Après plusieurs réflexions sur le sujet, le projet Tchap est né. Comme annoncé, l’expérimentation a bel et bien commencé en juillet 2018. Mais, les travaux sur la sécurité avec le support fourni par l’ANSSI ont provoqué un léger retard dans la mise en œuvre du programme. Découvrez ici l’essentiel des informations sur cet outil de communication du gouvernement.

Qu’est-ce que Tchap ?

Tchap est une solution de messagerie instantanée et sécurisée dédiée aux agents de l’Etat souhaitant communiquer entre eux et échanger des informations sensibles depuis leur ordinateur.

La messagerie Tchap offre plusieurs fonctionnalités pour faciliter les communications, soit à deux, soit en groupe.

Comme la plupart des messageries instantanées disponibles sur Internet, il est possible de sélectionner ses interlocuteurs présents dans un annuaire et de poursuivre sa communication sur plusieurs appareils (ordinateur, smartphone, tablette).

La DINSIC (Direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’Etat) a développé Tchap en s’appuyant sur des solutions technologiques Matrix et Riot.

Pour le moment Tchap est exclusivement disponible aux agents de l’Etat sur leur lieu de travail, mais la DINSIC en charge de la messagerie compte étendre l’accessibilité de la messagerie aux partenaires externes des agents.

Ainsi, on peut imaginer que la messagerie instantanée Tchap soit étendu à d’autres administrations afin de sécuriser les communications relatives à l’Etat français.

Derniers articles sur Tchap 

Une messagerie exclusivement réservée aux agents de l’Etat

Pour les questions relatives à la gouvernance, il est important que les informations soient bien sécurisées. En outre, elles doivent pouvoir circuler facilement au sein des administrations pour favoriser une communication efficace. Or, l’utilisation des messageries grand public n’offre pas toujours cette garantie.

En développant sa propre messagerie, l’État entend favoriser une meilleure pénétration dans ses administrations et une utilisation quotidienne optimale pour l’échange de documents confidentiels. Si l’amélioration de l’ergonomie est un objectif continuel de Tchap, il faut néanmoins préciser que l’interopérabilité est le but principal des acteurs du projet.

D’ailleurs, la conférence du 20 novembre 2017 avait l’immense avantage soulever ces différents enjeux et son besoin d’évoluer sur cet aspect bien précis. Sur ce dernier point, il semble que l’annonce un peu précipitée d’avril 2018 s’expliquait par une sous-estimation de la complexité des travaux devant conduire au lancement officiel de la messagerie.

D’après certains spécialistes, le choix de la solution open source Matrix se justifiait aussi par la capacité des logiciels open source à favoriser la personnalisation et donc à faciliter aussi sa mutation continue. Mais, la souche de base est encore très loin des besoins du grand public en ce qui concerne les fonctionnalités et l’ergonomie.

Interface de Tchap

Qui sont les principaux acteurs du projet Tchap ?

Pensée pour renforcer la confidentialité des informations partagées au sein du gouvernement, la messagerie Tchap a le soutien de plusieurs acteurs. En novembre 2018, une conférence d’information a été organisée sur le sujet.
Au cours de cette rencontre, les trois principaux acteurs du projet ont longtemps échangé, il s’agit de :
    • La DINSIC (Direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’État) : elle est représentée par Xavier Bechade, Chef du département « Projets interministériels de mutualisation » qui est en même temps le responsable du projet.
    • New Vector : c’est cette société franco-britannique qui a créé la plateforme open-source Riot, retenue pour le projet Tchap. Elle est représentée par Amandine Le Pape, directrice des opérations.

Thales : c’est ce groupe d’électronique qui a lancé et qui opère Citadel Team, un service de messagerie basé également sur Riot. Fin 2017, la DINSIC (direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’État) s’est rapprochée de Thales pour collaborer sur la messagerie sécurisée Tchap, mais cela n’a pas abouti.

Matrix et Riot : les bases de la messagerie Tchap

Aujourd’hui, New Vector peut se vanter d’avoir encore quelques grands « clients » institutionnels. Lors d’une interview, Amandine Le Pape a cité par exemple une université néerlandaise et la DINSIC qui profitent toujours des compétences exceptionnelles de cette société franco-britannique.

Elle insiste en effet sur l’interopérabilité de leur solution et précise d’ailleurs qu’il faut faire comprendre aux utilisateurs que l’ouverture est possible sans compromettre la sécurité.

D’après lui, l’application Riot et le protocole Open-source Matrix connaitront une mise à jour très prochainement. Cette mise à niveau permettra non seulement d’optimiser l’ergonomie de la messagerie, mais également d’améliorer son design. New Vector annonce en outre une identification facilitée grâce à un mode de passe récupérable par un autre moyen ou par un QR code.

Selon les informations provenant de la DINSIC, Xavier Bechade et son équipe travaillent encore sur la souche open source. Ils pourront reverser à la communauté les modifications du code dans les prochains jours. Néanmoins, l’application est actuellement utilisée en cercle fermé sur terminaux maîtrisés. Ils seraient environ 500 utilisateurs des cabinets ministériels à faire cette expérimentation.

Grâce à cet outil, les autorités peuvent discuter avec l’extérieur. L’armée, très impliquée dans le projet dès ses débuts, semble impatiente d’assister au lancement de cette messagerie. Sur ce point, le responsable du projet apporte quelques clarifications. Selon lui, de nombreux développements sont en cours.

D’autres suivront également. Il annonce d’ailleurs que l’application connaitra une customisation visuelle dans les prochains jours.

Quel est le sort des services concurrents ?

Interrogée sur la question, la DINSIC affirme clairement qu’elle n’entend pas concurrencer les éditeurs de logiciels. Certes, le projet a pour but de remplacer les messageries grand public, notamment WhatsApp et Telegram.

Mais, il convient de préciser que l’application Tchap est exclusivement réservée aux administrations centrales. Les éditeurs privés peuvent donc avoir l’esprit tranquille, puisque le projet appelle à la collaboration et non à la concurrence. Au-delà de l’utilisation du Tchap dans les administrations centrales, une question reste ouverte. C’est d’ailleurs ce qui inquiète la plupart des éditeurs de logiciels.

La messagerie privée de l’État sera-t-elle également distribuée auprès des nombreuses autres administrations publiques ? Là n’est pas l’objectif de l’application Tchap. Cependant, tout est possible. Attendons donc de voir !

Quel est le budget du projet Tchap ?

Quand on analyse tous les contours du projet Tchap, elle doit coûter une fortune. Si vous vous interrogez sur le budget de la messagerie instantanée et sécurisée de l’État, vous n’êtes pas les seuls. En effet, beaucoup de personnes se demandent combien un tel projet peut coûter au gouvernement.

Lors de la conférence d’information, une équipe de journalistes a posé la question au responsable du projet. Mais, Xavier Bechade n’a pas pu donner de réponse claire sur le coût de développement et de maintenance de la messagerie Tchap.

Néanmoins, il a précisé que le budget était bien maîtrisé et devrait normalement être mutualisé, partagé entre tous les ministères qui utiliseront l’application. Sachant que la DINSIC est en quelque sorte au service des ministères, ce projet est tout à fait logique.

En arrière-plan de la question du budget, il y a la question de la capacité de l’État à se donner tous les moyens nécessaires pour faire opérer l’application sur le long terme. Une fois la messagerie développée, comment sera-t-elle utilisée après le gouvernement actuel ? Seul le temps nous le dira !

Pour aller plus loin sur le sujet : 

https://www.tchap.gouv.fr/faq/

https://www.tchap.gouv.fr/tchap-prise-en-main.pdf

Les nouvelles technologies du web